Accueil > Nouvelles > 2019

NOUVELLES 2019

08 janvier 2019 - Suivi du projet Agir ensemble Haute-Bécancour : la rivière Bécancour toujours dans un mauvais état

L’Association de protection du lac à la Truite d’Irlande (APLTI) a dévoilé de nouveaux rapports en lien avec le projet intitulé « Agir ensemble Haute-Bécancour ».

Un rapport intitulé « Diagnostic d’un tronçon problématique de la rivière Bécancour (secteur Haute Bécancour) » a été complété par le RAPPEL. Le tronçon de la rivière Bécancour séparant les stations des ponts Vimy et Marcheterre, d’une longueur d’environ 5,8 km, a été inventorié en canot.

L’inventaire, réalisé le 11 octobre 2018, alors qu’il pleuvait abondamment, a permis de de constater que l’érosion des berges et les haldes minières sont encore des sources significatives d’apports en sédiments dans ce tronçon de la rivière Bécancour. En particulier, un tributaire problématique provenant de la canalisation d’une minière a été identifié comme source majeure de pollution. Les problématiques observées contribuent à la dégradation de la qualité de l’eau dans ce secteur de la rivière Bécancour.

Diagnostic d'un tronçon problématique de la rivière Bécancour (secteur Haute-Bécancour)

Un second rapport intitulé « Suivi de la qualité de l’eau – Lac à la Truite d’Irlande 2018 » a aussi été produit par le RAPPEL. Un rapport de plus qui démontre la très mauvaise qualité de l’eau du lac à la Truite d’Irlande, dont les concentrations de phosphore et de coliformes fécaux sont très élevées. La rivière Bécancour est la source la plus importante de cet élément, avec sur son tracé la station d’épuration de Thetford Mines qui émet une grande quantité de phosphore dans le cours d’eau.

Du côté de la rivière au Pin, l’émission de phosphore semble plutôt d’origine agricole, comme il est mentionné dans un rapport de 2017. Les mesures de matières en suspension (MES) récoltées en temps de pluie sont également inquiétantes. En regard des coliformes fécaux, les concentrations obtenues en aval de la station d’épuration de la ville de Thetford Mines à Black Lake sont systématiquement plus élevées qu’en amont, indiquant possiblement un problème de performance de la station. De plus, en temps de pluie, les niveaux de concentration explosent pour atteindre parfois plus de 6000 UFC / 100 ml.

Rapport de suivi de la qualité de l'eau - Lac à la Truite d'Irlande - 2018

À ce sujet, l’APLTI a récemment émis un communiqué de presse intitulé « LA RIVIÈRE BÉCANCOUR (Haute Bécancour) … CONDAMNÉE ? ».

LA RIVIÈRE BÉCANCOUR (Haute Bécancour) … CONDAMNÉE ?

Rappelons que le projet Agir Ensemble Haute-Bécancour a pour objectifs d’évaluer les performances des usines d’épuration qui se jettent dans la rivière Bécancour, de procéder à un diagnostic environnemental préliminaire d’un tronçon problématique de la rivière Bécancour, de réaliser une étude faisabilité pour diminuer les charges de contaminants à la rivière et d’ajouter un deuxième suivi de la qualité de l’eau du lac à la Truite et de ses tributaires. Le projet est rendu possible grâce aux partenaires suivant :

www.aplti.org/projets/2018-agir-ensemble-haute-becancour/nos-partenaires

Photo : APLTI.

07 janvier 2019 - Première bataille gagnée contre la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches

Les résultats de la première année d’opération du projet Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches ont démontré toute la pertinence de celui-ci. En plus des colonies déjà recensées au fil des ans, c’est plus de 70 autres qui ont été répertoriées dans la région de la Chaudière-Appalaches grâce au système de signalement par lequel les citoyens et les intervenants municipaux peuvent transmettre leur signalement de colonies de berce du Caucase.

Géré conjointement par les neuf organismes de bassins versants (OBV) de la Chaudière-Appalaches, le projet a été réalisé par le Coordonnateur régional. Sous l’égide de ce coordonnateur, des équipes locales d’intervention ont été formées afin de mieux répondre aux besoins de la communauté. C’est ainsi que tout au long de la période estivale, neuf équipes se sont déployées sur l’ensemble du territoire afin d’éradiquer la berce du Caucase.

Dès les premières poussées de croissance de la plante au début juin, les équipes d’intervention locales étaient à l’œuvre pour valider les signalements reçu, sensibiliser la population et les intervenants municipaux aux dangers que peut représenter la berce du Caucase pour la santé humaine et la biodiversité et procéder à l’éradication de cette espèce envahissante nuisible. Dans la majorité des cas, les plants ont été retirés manuellement, mais les équipes locales eurent parfois à recourir à la lutte chimique dans les cas les plus sévères.

L’élimination prioritaire de plants matures aura su venir à bout de bien des colonies en évitant la propagation des semences de berce du Caucase. Grâce à la coordination régionale dans ce projet de lutte à la berce du Caucase, des dizaines de milliers de plants ont été éliminés aux quatre coins de la Chaudière-Appalaches, dont tous les plants matures déjà connus des autorités locales. En effet, une lutte était déjà entamée depuis plusieurs années dans les secteurs du Ruisseau Fourchette et de la rivière Boyer.

Le succès de cette lutte repose sur la participation de chacun qui peut signaler, par l’entremise du formulaire de signalement au bas de la page Berce du Caucase sur le site de la ville de Lévis ou en contactant sa municipalité ou l’OBV de sa région, un plant ou une colonie de berce du Caucase. En 2018, ce sont plusieurs citoyens, producteurs agricoles et autres intervenants actifs sur le terrain qui ont contribué à lutter efficacement contre cet envahisseur ! Nous comptons sur votre collaboration pour réussir à la contrôler.

L’Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches est financée à hauteur de 969 000$ sur trois ans (2018-2021) par le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Le projet est une initiative du Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches (obv-ca.org) et est coordonné par le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC).

Le formulaire de signalement en ligne de la Ville de Lévis pour la berce du Caucase est accessible à l’adresse suivante :

https://villedelevis.maps.arcgis.com/apps/GeoForm/index.html?appid=c680a3ffe1fc4ccb91f49cdf8c552ecf#top

Liens utiles

www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/nuisibles/berce-caucase/index.htm

www.quebec.ca/sante/problemes-de-sante/a-z/brulures-causees-par-la-berce-du-caucase/

Sentinelle, outil de détection des espèces exotiques envahissantes : www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes-exotiques-envahissantes/sentinelle.htm

Photo : GROBEC.

Devenir membre du GROBEC

Vous êtes un résident, un groupe ou un organisme ayant des activités dans les bassins versants de la zone Bécancour ? Devenez membre du GROBEC !

Devenir membre
Notre mandat

Le Groupe de concertation des bassins versants de la zone Bécancour (GROBEC) est un organisme sans but lucratif ayant pour mandat de mettre en place la gestion intégrée de l’eau sur le territoire des bassins versants de la zone Bécancour.

Lire la suite
Notre offre de services

Fort de son savoir sur le territoire, acquis pendant l’élaboration du PDE, et supporté par une expertise tirée de la réalisation de divers projets, l’équipe du GROBEC met ses compétences au service du milieu, à un tarif concurrentiel.

Consulter l'offre de services
Hydrogéo Bécancour ! Projet de recherhce hydrogéologique

Projet de connaissance des eaux souterraines du bassin de la rivière Bécancour et de la MRC de Bécancour.

En savoir plus