Résultats & Retombées

Conditions de confinement

Le sous-sol est généralement constitué des unités superposées avec différents types de dépôts meubles ou de roches. Un aquifère représente une formation géologique suffisamment perméable pour permettre le pompage de l’eau. Les unités pour lesquelles la matrice géologique est peu ou pas perméable et limite l’écoulement de l’eau souterraine sont appelées aquitards ou aquicludes et constituent des limites entre les aquifères.

Dans un aquifère à nappe libre (Figure 6), l’eau des précipitations s’infiltre dans les matériaux meubles ou dans la roche fracturée jusqu'au niveau où toute la porosité est occupée par l'eau. Ces aquifères sont situés en surface et sont généralement plus sensibles à la contamination. Les puits de surface sont installés dans ce type d'aquifère.

Les aquifères captifs sont confinés par un ou plusieurs aquitards ou aquicludes. Les aquifères captifs sont ainsi sous pression et cette pression (le niveau piézométrique) se mesure dans les puits. Un puits artésien est un puits dans lequel la pression excède l'élévation de la surface du sol. Une nappe captive n'est pas directement alimentée par l'infiltration de surface, mais reçoit généralement une alimentation latérale provenant de l’amont où l’aquifère est à nappe libre. Une nappe captive se trouve ainsi mieux protégée d'une source de contamination qui provient de la surface du sol.

Les aquifères semi-captifs sont des cas intermédiaires entre la nappe libre et la nappe captive dans lesquels les couches confinantes ne sont pas totalement imperméables. Dans ce cas, il peut y avoir une circulation d'eau limitée entre les couches géologiques.


Figure 6 Schéma hydrogéologique conceptuel

Figure


Tiré de Anctil, Rousselle et Lauzon, 2005.


Interprétation pour la zone d'étude

Les conditions de confinement de l’écoulement souterrain dans le roc ont été classées en fonction de trois contextes hydrogéologiques distincts :

  • Conditions de nappe libre : roc affleurant en surface ou recouvert par une couche de till d’épaisseur inférieure à 3 m ou d’une couche d’argile inférieure à 1 m.
  • Conditions de nappe captive : roc recouvert par une couche d’argile et/ou silt d’épaisseur supérieure à 3 m ou par plus de 5 m de till compact.
  • Conditions de nappe semi-captive : roc recouvert par une couche de till compact comprise entre de 3 et 5 m d’épaisseur et/ou une couche argileuse ou silteuse comprise entre de 1 et 3 m d’épaisseur.

Figure 7 Conditions de confinement

Carte

Télécharger la carte

La distribution spatiale de conditions de confinement pour l’aquifère au roc est montrée à la Figure 7. Les conditions de nappe libre se trouvent généralement aux plus hautes altitudes dans le piémont et les Appalaches, ainsi qu’en plaine quand les dépôts sont peu épais. Ces zones d’aquifère à nappe libre représentent 53% de la superficie de la zone d’étude. Les conditions de nappe captives ont surtout observées à l’aval du bassin proche du fleuve Saint-Laurent, pour des altitudes généralement inférieures à 90 m au-dessus du niveau de la mer. Les zones captives représentent 17% de la superficie du territoire. Les conditions de nappe semi-captives sont observées dans les autres portions du bassin et représentent 30% du territoire.